Vie du blog

Lettre à Charlie Hebdo

Taïwan, le 10 janvier 2015

Cher Charlie,

Depuis l’autre bout du monde où je réside à l’heure actuelle, j’ai pris peu à peu conscience avec indignation de ce qui était en train de t’arriver (et de nous arriver). Il est difficile de trouver les mots pour décrire à chaud tout ce que je ressens. Plus d’encre que de sang a déjà coulé de la part de certaines des plus fines plumes que nous comptons. Certains t’ont d’ailleurs rendu un si vibrant hommage qu’il m’a ému aux larmes. Et c’est sans être sûr d’avoir toute la légitimité pour le faire que je voudrais cependant et à mon tour t’exprimer mon soutien.

Tu as contribué à façonner le citoyen adulte que je suis devenu aujourd’hui en me suggérant d’affirmer et de défendre coute que coute les valeurs républicaines (et laïques) que les gens et la nation qui m’ont éduqué m’avaient inculqué. Je me souviens de l’adolescent que j’étais et qui t’achetais chaque semaine pour te dévorer et se nourrir de tes idées. Bien sûr, à moi aussi tu m’as bien souvent fait chier (avec certaines de tes opinions sur les cultures régionales…, sur l’écologie…). D’ailleurs, ceux qui disent avoir toujours été d’accord avec toi sur tout sont sans doute des hypocrites ou des gens qui ne te connaissaient au final pas si bien que ça. Je t’en ai un peu voulu et j’avais même décidé d’arrêter de t’acheter. Mais dans le même temps je continuais à rire de tes unes (et celles auxquelles j’étais censé avoir échappé). J’espère bien que tu vas continuer car avec le recul, je me dis que peut-être, je n’avais pas complètement saisi ta façon de procéder. C’était tes positions tranchées qui nous poussaient à nous interroger là où trop de tes confrères ne nous servaient qu’un ersatz d’information fade et aseptisé. Tu étais un des seuls à avoir compris que le politiquement correct ne serait jamais la solution car, concernant ce qui t’es arrivé, tu savais et tu nous alertais continuellement sur le fait que la susceptibilité de la religion était dangereuse. Tu avais compris que tes prises de position bêtes et méchantes étaient sans doute la façon la plus efficace de les contrer. Je crois que tu avais raison Charlie et c’est pour ça qu’ils ont essayé de t’assassiner.

Beaucoup d’entre nous t’ont souvent reproché à voix haute d’avoir été trop loin et même ceux qui ne te l’ont pas dit ou écrit l’ont pensé en leur for intérieur. Je ne m’estime pas bien vieux mais je crois que j’étais pourtant déjà né à l’époque à laquelle on pouvait encore rire de (presque) tout dans notre pays. Pourquoi en est-on arrivé là? Il va falloir que les humoristes et les dessinateurs soient courageux et talentueux pour reprendre le flambeau de ceux qui sont morts de te faire vivre. Et nous dans tout ça, c’est vrai qu’on a été un peu lâches Charlie. Mais aujourd’hui et malgré toutes nos divergences, tout le monde est toi (ou presque). J’ose espérer qu’on a au moins enfin compris ton importance pour la pérennité de notre démocratie. Alors je te le demande, comme un de mes groupes de rock favori de l’époque te le demandait il y a presque vingt ans déjà: Charlie continue et on te lira, « Charlie, défends-moi! ».

Charlie (depuis le 7 janvier 2015, et pour toutes ces raisons là, je suis toi)

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s