Matériel

Mes objectifs d’après DXOmark…

Juste avant les fêtes de fin d’année, j’avais consacré mon dernier billet à une vidéo de Tony Northrup qui me paraissait intéressante dans le sens où elle incitait notamment à comparer les performances d’une optique donnée sur différents types de capteurs (e.g. plein format vs. APS-C). Cet exercice pouvait d’ailleurs amener son lot de surprises (bonnes ou mauvaises) et j’ai eu l’occasion de discuter avec certains amis photographes de mon entourage qui ne trouvaient pas le message de cette vidéo convaincant, ou du moins ne le trouvaient pas très clair. Pour essayer de l’illustrer de manière concrète et afin de satisfaire ma curiosité personnelle, je me suis essayé à comparer via DXOmark, les performances de mes différents objectifs montés sur un Canon EOS 70D pourvu d’un capteur APS-C (mon boîtier actuel) de ce qu’elles seraient sur un boîtier Canon embarquant un capteur plein format de dernière génération (à l’occurrence l’EOS 6D). Bien sûr, j’encourage chacun d’entre vous à faire de même avec son propre matériel. La seule chose qui est sûre, c’est que je vous conseille au préalable de relire mon article précédent (voire également celui-là) si vous êtes intéressés par ces quelques lignes mais que vous n’êtes pas sûr de savoir de quoi il en retourne. C’est parti!

Mes objectifs testés dans cet article… Seul mon 100 mm macro chéri est resté en France… (Photo Joris Bertrand)

Mes objectifs testés dans cet article… Seul mon 100 mm macro chéri est resté en France… (Photo Joris Bertrand)

Mon transtandard: le Canon EF-S 15-85 mm F/3.5-5.6 IS USM

Pour lui, il n’y a pas directement lieu de comparer car c’est une optique à monture EF-S et c’est donc le seul de mes objectifs actuels qui ait été spécifiquement conçu pour être monté sur un capteur APS-C (comme celui de mon EOS 70D). Pour faire simple, cet objectif ne peut tout simplement pas être adapté sur un boitier plein format tel que l’EOS 6D. Vissé sur un EOS 70D, cet objectif obtient un score DXO autour des 13 (ce qui est dans l’absolu plutôt moyen). En rentrant un petit peu plus dans le détail (mais pas trop quand même), on apprend qu’il possède un piqué (sharpness in English) équivalent à « 10 P-Mpix« , une grandeur qui traduit la quantité de détail que le couple objectif/capteur est en mesure de reproduire (ce qui est également bien mais pas top comme dirait la voix off). Si je tenais tout de même à comparer les performances de mon transtandard avec une optique équivalente conçue initialement pour un capteur plein format, il me faudrait aller taper dans un zoom à monture EF dont le range serait celui de mon EF-S 15-85 mm (mais multiplié par le crop factor de 1,6). Il me faudrait donc le comparer à un EF 24-135 mm qui n’existe pas. Mais Canon possède tout de même en catalogue deux 24-105 mm: l’EF 24-105 mm F/3.5-5.6 IS STM et l’EF 24-105 mm F/4 L IS USM. A ce jour, seule la version pro (version L, la moins récente des deux) a été testée par DXO. Monté sur un EOS 6D, cet objectif obtient un score DXO honorable de 19 avec un piqué de 14 P-Mpix. C’est mieux que l’EF-S 15-85 mm sur son EOS 70D mais c’était somme toute attendu pour un objectif de série professionnelle (et dont le prix est plus élevé). Là où le résultat est quelque peu surprenant, c’est quand on s’amuse à regarder ce que donnerait cet objectif sur mon EOS 70D (dans ce sens là, c’est possible). C’est là que le résultat de ma petite expérience corrobore ce qu’avait annoncé Tony Northrup. En effet, associé au capteur APS-C de l’EOS 70D (sur lequel les objectifs EF peuvent être montés), le score DXO obtenu n’est que plus que de 14 (soit à peine mieux que mon 15-85 mm) et le piqué est quant à lui similaire (10 P-Mpix)! Cela confirme donc qu’il vaut mieux réfléchir à deux fois avant d’investir dans un transtandard professionnel qui sera de toute façon monté sur un capteur APS-C. Avec un 24-105 que j’aurais pu payer plus cher, je me serais privé d’un range 15-24 mm que j’utilise beaucoup pour une qualité d’image semblable, en tout cas guère meilleure. Dans ce cas là, mieux vaut donc investir dans une bonne optique pour APS-C à moins de passer à un boîtier plein format à court terme.

Ma petite bombe: le Canon EF 50 mm F/1.8 II

Comme beaucoup (et comme je l’ai déjà dit ici), je suis intimement persuadé que bien qu’il ne soit ni pro, ni stabilisé, ni pourvu de motorisation ultrasonique, mon petit EF 50 mm F/1.8 II en plastique est petit mais costaud. Qu’en est-il d’après l’impartial DXOmark? Vissé sur mon EOS 70D, il possède déjà un score DXO de 20 et un piqué de 12 P-Mpix (Plutôt bien!). Mais si j’ai un jour le petit privilège de pouvoir l’utiliser sur le plein format de l’EOS 6D, j’atteindrai alors un score DXO de 26 et un piqué de 15 P-Mpix! Petit mais costaud? Définitivement pour cette focale fixe qui coute à peine 100 €. En cela, DXO confirme bien que cet objectif possède l’un des meilleurs rapport qualité (optique)-prix et ce d’autant plus qu’il pourra être monté sur un capteur plein format, type de capteur pour lequel il a été conçu à la base, même s’il reste pleinement compatible avec les boîtiers à capteur APS-C (tel que l’EOS 70D).

Mon macro: le Canon EF 100 mm F/2.8 Macro USM

On a coutume de dire que les objectifs macro dignes de ce nom sont par la même occasion de très bons objectifs, tout court. Là encore, ce n’est pas DXOmark qui dira le contraire et l’EF 100 mm F/2.8 Macro USM obtient déjà un score de 17 (pour un piqué de 12 P-Mpix) sur l’EOS 70D, mais ce score pourrait atteindre 23 (pour un piqué de 15 P-Mpix) avec le capteur plein format de l’EOS 6D (type de capteur pour lequel il a été conçu à la base). Quand on se pose la question de savoir si la dernière mouture du 100 mm F/2.8 de chez Canon (l’EF 100 mm F/2.8L Macro IS USM) est optiquement meilleure que la version précédente, et bien DXOmark tend à prouver que la réponse est oui. Sur un EOS 70D, on obtient un score légèrement supérieur (de 19 avec un piqué de 13 P-Mpix) et sur un EOS 6D, le score grime à 27 pour un piqué de 17 P-Mpix!). Tout cela est, très bon mais de manière un peu surprenante, ça reste pourtant souvent un poil en dessous des performances de notre super petit 50 mm F/1.8 qui n’en finira donc pas de nous épater (excepté lors de la comparaison avec la version L du 100 mm F/2.8 couplé à l’EOS 6D). Le second enseignement à tirer est que les passionnés de macro ont donc tout intérêt à investir dans du plein format pour tirer le meilleur de ces optiques. Mais, si on travaille de toute façon en APS-C? Le choix est forcement plus limité en terme d’optiques dédiées mais le petit EF-S 60 mm F/2.8 Macro USM de chez Canon permet par exemple d’atteindre tout de même un score DXO de 19 pour un piqué de 13 P-Mpix. Si on ne s’en tient qu’à la qualité optique, cet EF-S 60 mm F/2.8 Macro USM (monté sur un EOS 70D) vient donc se placer entre la version « non L » et la version « L » du 100 mm F/2.8 même si les performances sont globalement assez semblables.

Mon « tromblon »: le Canon EF 300 mm F/4L IS USM

Tous les téléobjectifs à focale fixe professionnels de chez Canon sont à la base conçus pour des capteurs plein format. Il a beau être le plus gros et le plus cher de ma panoplie d’objectifs, le score de mon EF 300 mm F/4L IS USM me paraît un peu décevant car il n’atteint qu’une valeur de 13 pour un piqué de 9 P-Mpix sur mon EOS 70D et il n’irait de toute façon se hisser qu’à 19 pour un piqué de 14 P-Mpix monté sur l’EOS 6D. C’est donc du point de vue de la qualité optique le « pire » de mes objectifs (zooms et focales fixes confondues!). Mais ce n’est pas un hasard si j’ai choisi de terminer par celui-ci. Car cette dernière batterie de constats me permet également de relativiser la petite expérience que je viens de réaliser. D’abord, car il faut savoir qu’autant quantitatifs et objectifs qu’ils soient, les scores DXO ne renseignent que sur la qualité optique d’un objectif. C’est certes un facteur très important mais c’est loin d’être le seul. On a déjà vu qu’il était plus aisé de concevoir et construire une focale fixe de longueur intermédiaire qu’un zoom de grande amplitude ou un téléobjectif lumineux. A moins d’être en mesure de consacrer un budget très important à son matériel, il n’est donc pas si étonnant que ça qu’un petit 50 mm F/1.8 arrive à tenir la dragée haute à un 300 mm F/4 pourtant dix fois plus cher, si tant est qu’on ne se limite qu’à considérer leur qualité optique intrinsèque. Pour le reste, un téléobjectif professionnel tel que le 300 F/4 bénéficiera d’une construction plus robuste, d’une motorisation ultrasonique à la fois plus rapide et silencieuse et d’un système de stabilisation efficace. Selon l’utilisation que l’on en fera, ces caractéristiques pourront également s’avérer primordiales pour réussir sa photo. D’autres facteurs entrent également en jeu. En photographie animalière, la proximité de son sujet peu s’avérer déterminante et le crop factor des capteurs APS-C pourra permettre dans bon nombre de situations de s’affranchir d’un recadrage a posteriori (et délétère pour la définition de l’image) qu’imposerait une prise de vue dans les même conditions avec un capteur plein format. Pour finir et comme je crois l’avoir dit également, DXO est utile pour comparer des choses qui sont réellement comparables. Je ne suis pas sûr que l’œil humain (en tout cas, pas le mien) soit réellement en mesure de discerner un écart de quelques points de scores DXO ou de P-Mpix. Continuons donc avant tout à consacrer la plus grande part de notre énergie à la réussite de nos images sur le terrain. C’est sans doute moins frustrant et plus divertissant que de risquer de sortir des clichés pourris avec du matériel pourtant plébiscité par DXO! Cela dit, cette base de données est extrêmement utile et peut vous aider à pencher vers un objectif plutôt qu’un autre lorsque vous hésitez entre deux optiques destinées à un usage similaire. C’est pour ça que j’y consacrerai probablement une paire d’articles en plus, ne serait-ce que pour évoquer ses autres possibilités que j’ai volontairement passé sous silence aujourd’hui.

Et de votre côté? ça donne quoi?

Publicités
Par défaut

5 réflexions sur “Mes objectifs d’après DXOmark…

  1. Pingback: DXOmark.com… Son capteur… | La Nature Des Images

  2. Pingback: DXOmark.com… Ses objectifs dans les moindres détails… | La Nature Des Images

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s