Opinions

« Bref… On a essayé un fisheye… »

Le Samyang 8 mm F/3.5… Un exemple de Fisheye typique avec sa lentille frontale bombée (source Samyang)

Le Samyang 8 mm F/3.5… Un exemple de Fisheye typique avec sa lentille frontale bombée (source Samyang)

Cela fait pas mal de temps déjà que l’envie d’investir dans un UGA (Ultra Grand Angle) me titille. Pour moi comme pour la plupart des photographes amateurs travaillant sur capteur APS-C, la notion de grand angle s’était pendant mes premières années de pratique photographique borné au 18 mm (soit presque 29 mm en équivalent 24 x 36 chez le canoniste que je suis). Et puis j’ai acheté mon transtandard actuel et j’ai gouté avec bonheur au 15 mm (soit 24 mm en équivalent 24 x 36, toujours pour les canonistes). Dit comme ça, ces 3 misérables petits millimètres n’ont l’air de rien mais je vous rappelle que si on convertit tout ça en angle de champ, on arrive tout de suite à quelque chose de relativement plus convaincant. En effet, on gagne plus de 10° d’angle de champ (en passant de 69 à presque 83°) et parfois, voire souvent, ça fait toute la différence. Et puis pour diverses raisons que je détaillerai dans un article ultérieur, j’ai eu envie de voir encore plus large: 14, 10, voire 8 mm… Les objectifs fabriqués par une compagnie coréenne sous l’appellation Samyang (ou Rokinon ou encore Walimex) proposent justement des focales fixes réputées être de bonne qualité mais dépourvues d’automatismes et sur lesquels je lorgnais depuis pas mal de temps (car ils sont « bon marché »). Après avoir rapidement écarté leur 14 mm F/2.8 en raison d’une focale trop proche de la position la plus grand angle de mon transtandard actuel (15 mm), mon cœur balançait plutôt entre leur lumineux UGA 10 mm F/2.8 et leur 8 mm F/3.5 fisheye. Et puis il y avait à Taipei cette boutique Samyang devant laquelle je passais sans jamais m’arrêter et à la faveur d’une petite session shopping avec ma compagne, on s’est décidé à pousser la porte de la boutique. Ce magasin ne possédait pas de 10 mm F/2.8 en modèle d’exposition, mais comme j’avais mon boîtier dans mon sac à dos, on a pu essayer le Samyang Fish-Eye 8mm f/3.5 UMC CS II.

Nos pieds vus depuis ma poitrine au 8 mm fisheye… Ceux qui me connaissent savent que je ne suis ni spécialement grand, ni longiligne (Photo Joris Bertrand)

Nos pieds vus depuis ma poitrine au 8 mm fisheye… Ceux qui me connaissent savent que je ne suis ni spécialement grand, ni longiligne (Photo Joris Bertrand)

Je l’ai prise en photo,

Elle m’a pris en photo,

On s’est pris en photo,

On s’est trouvé moches.

Bref… on a essayé in fisheye.

C’était rigolo, même dans l’espace confiné du magasin et je suis vraiment persuadé que cet objectif ludique permet de stimuler la créativité. L’angle est vraiment impressionnant (152°!) et on peut jouer sur la déformation des lignes droites en courbes en faisant bouger de haut en bas ou de droite à gauche son matériel sans jamais avoir à décoller son œil du viseur. Mais d’un autre côté, j’avoue que ce rendu un peu extrême m’a fait un peu peur dans le sens où cet objectif ne sera définitivement pas un champion de la polyvalence. Ne devrait-on pas être plus raisonnables en lui préférant un 10 mm peut-être un peu moins fun mais plus lumineux et de toute manière beaucoup plus polyvalent, ne serait-ce que pour la photo de paysage, la photo en intérieur ou encore l’astrophotographie? D’autre part je me fichais un peu de l’absence d’automatisme chez les Samyang car à ces longueurs de focale là, on travaille très vite à l’hyperfocale où tout devient net et où la tolérance aux imperfections de mise au point devient beaucoup plus grande. En contrepartie, je m’attendais à pouvoir investir dans un objectif qui passerait très simplement de notre Canon EOS 70D à notre Nikon D90 en investissant dans une bague d’adaptation adéquate. Mais si adapter un objectif à monture Nikon sur un boîtier Canon est possible, le contraire semble beaucoup plus compliqué pour des raisons mécaniques. D’autre part, ces bagues d’adaptation ne sont pas données (environ 60 €, même à Taïwan). Si je n’écarte pas la possibilité d’investir dans un fisheye à l’avenir, je me demande cependant si ma priorité ne serait pas d’abord un bon UGA bien lumineux… Affaire à suivre….

D’un seul coup d’oeil (ou plutôt d’objectif) on embrasse près de 160°… On est d’accord sur le fait qu’il se passe des choses bizarres dans les magasins à Taïwan (Photo Joris Bertrand)

D’un seul coup d’oeil (ou plutôt d’objectif) on embrasse près de 160°… On est d’accord sur le fait qu’il se passe des choses bizarres dans les magasins à Taïwan (Photo Joris Bertrand)

Publicités
Par défaut

8 réflexions sur “« Bref… On a essayé un fisheye… »

  1. Pingback: Édito 2017 | La Nature Des Images

  2. Pingback: La vie en large: pourquoi au Tokina AT-X PRO SD 11-16 F/2.8 IF DX II? | La Nature Des Images

    • Merci pour ce retour bisje. A l’heure actuelle, je me dirige de plus en plus vers le lumineux Tokina 11-16 mm F/2.8 (il a l’air pas mal et est unique en son genre). Je devrais avoir l’opportunité de le tester bientôt et je ferai part de mon retour d’expérience sur mon blog. En attendant, bonne continuation.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s