Un peu comme une hallucination (Photo Joris Bertrand)

Un peu comme une hallucination (Photo Joris Bertrand)

A la prise de vue

Cela fait maintenant plus d’un an que j’habite à Taïwan. J’ai fait plusieurs fois ce genre de rencontre et pourtant à chaque fois je suis émerveillé de croiser la route d’un singe en liberté et dans son élément naturel. Toujours, je suis surpris car j’appréhende ces rencontres spontanées avec des réflexes de naturaliste européen. Quel est donc cet oiseau qui fait si lourdement se mouvoir le feuillage? Quel mammifère arboricole peut-il émettre ce grognement si roque? Mais oui c’est bien sûr! Il y a des singes dans les arbres! J’en ai aperçu en train de se nourrir de fruits dans un verger à deux pas des habitations. Une autre fois, monsieur Macaque nous mettait en garde en grondant. En observant un peu mieux, on discernera caché dans le feuillage, une femelle et un petit, tous s’inquiétant de voir une poignée d’humanoïdes les ayant repérés quand la masse de touristes bruyant ne les aurait de toute façon pas vus. Par deux fois enfin, j’ai croisé la route de ces macaques de Formose (Macaca cyclopis). A chaque fois, j’ai pu ressentir de la crainte de leur part en voyant leur regard qui cherchait à fuir le notre à tout prix. D’un autre côté, ils font aussi souvent preuve d’un peu de défiance en n’hésitant pas à nous couper la route, comme pour nous signaler que nous sommes sur leur territoire et pas le contraire. Cette photo a été prise, on ne peut plus sur le vif. J’ai entendu des cailloux rouler sur la route depuis le talus. J’ai à peine eu le temps de me retourner, cadrer et shooter. La photo est loin d’être parfaite. Au 300 mm, je n’ai pu cadrer l’animal en entier car j’étais de toute façon trop près. La scène est fortement à contrejour et la mise au point est quelque peu imparfaite. En mode Priorité à l’ouverture (avec une ouverture fixée à F/5.6), le mode ISO automatique (grand merci à lui pour le coup!) a opté pour une sensibilité de 1250 ISO et l’appareil s’en est sorti avec un temps de pose de 1/400 s.

En post production

Dans DPP, j’ai commencé par appliquer une sous-exposition de -0,33 IL et j’ai réglé la balance des blancs sur « Lumière du jour ». Ensuite, j’ai fait appel au nouveau réglage de cette version 4 de DPP: Réglage gamma sur « auto ». De ce que j’ai pu en voir jusqu’à présent, ce dernier fonctionne très bien pour ajuster la luminosité et les contrastes. J’ai encore un peu peaufiné tout ça manuellement en diminuant les contrastes à -2 pour que mon sujet se détache un peu mieux de son environnement mais aussi pour récupérer un peu de détails dans l’arrière-plan (un peu de matière sur la route surexposée). En suivant la même idée, les ombres ont été atténuées (-2) alors que les lumières avaient été automatiquement réduites à -4. Enfin j’ai réglé la force du masque de flou à +5 (contre +3 par défaut chez moi).

Publicités
Des images racontées...

« Photo réflex(e) »

Image

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s