Une pose des plus lentes qui soient pour une prise de vue à main levée (Photo Joris Bertrand)

Une pose des plus lentes qui soient pour une prise de vue à main levée (Photo Joris Bertrand)

A la prise de vue

Les Blue Mountains correspondent un petit peu à ce qu’on pourrait qualifier d’arrière-pays de Sydney. A première vue, j’ai cru y retrouver quelques éléments dans le décor qui m’ont rappelé les gorges à-pics entaillant profondément les plateaux de roche sédimentaire environnante à la manière de la région des Grands Causses dans laquelle j’ai grandi. La comparaison s’arrête bien sûr ici car la faune et la flore vivant en ces lieux n’ont bien entendu rien à voir avec celle observable dans le Sud du Massif Central. Lors de notre balade, j’ai pris plaisir à jouer avec l’élément aquatique, les ombres et les lumières et ces violents écarts de luminosité qu’un traitement Noir & Blanc allait me permettre de retranscrire du mieux que je pouvais. Une fois de plus, je fais donc une entorse au « règlement » et il n’y aura donc cette semaine pas une mais des images racontées. Toutes ont été prises à main levée, avec mon EOS 70D et mon EF-S 15-85 mm F/3.5-5.6 IS USM sur lequel était vissé un filtre polarisant circulaire… Pour tenter de rendre le décor encore plus grandiose, j’ai usé et abusé de la position grand-angle (mais pas que) et essayé tantôt de dynamiser les compositions en augmentant les temps de pose pour faire filer l’eau à travers le décor tantôt en la figeant dans sa chute vertigineuse. La première image a été shootée à 15 mm, F/16, au 1/4 s et à 100 ISO (merci l’IS), la seconde à 15 mm également mais à F/11 et au 1/40 s et à 400 ISO et la troisième quant à elle à fond de focale, à 85 mm, F/11, au 1/100 s et toujours à 400 ISO.

Position grand angle, l’objectif tourné vers le ciel (Photo Joris Bertrand)

Position grand angle, l’objectif tourné vers le ciel (Photo Joris Bertrand)

En post-production

Du contraste, et sans aucune modération (ou presque)! Ce « Contraste » là, je l’ai donc en général boosté à +3 (en développant les fichiers .raw dans DPP). Comme si cela ne suffisait pas, j’ai dans le même temps poussé vers la gauche mon curseur de « Lumière » et ramené vers la droite celui des « Ombres » vers des valeurs négatives pour encore accentuer l’effet de ces écarts de luminosité entre zones sombres et éclairées. Pour exacerber le côté dramatique, il a aussi était possible de jouer un peu sur la balance des blancs (passée en préréglage « Ombre »), appliquer un filtre rouge et légèrement pousser la force du masque de flou pour la netteté (à +4).

Mettre en valeur jusqu'aux plus petits détails (Photo Joris Bertrand)

Mettre en valeur jusqu’aux plus petits détails (Photo Joris Bertrand)

Publicités
Des images racontées...

« Blue Mountains in Black & White »

Image

Une réflexion sur “« Blue Mountains in Black & White »

  1. Pingback: « Quand N&B et couleurs cohabitent naturellement…  | «La Nature Des Images

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s