Destinations Photo

Hommage à Taïwan (Partie 2) – Prendre le large…

Cela fait bien longtemps que je crois ne plus avoir d’idole, mais quand j’étais petit, le commandant Cousteau en faisait assurément partie. Embarquer sur l’Ocean Researcher I, un des navires de recherche océanographique de Taïwan, revêtait donc à mes yeux une symbolique toute particulière. Ce bateau, c’est un petit peu la Calypso taïwanaise… J’ai donc eu l’opportunité de contribuer à une mission de terrain qui consistait à étudier la diversité des fonds marins entre Kaoshiung (une ville portuaire au Sud-Ouest de Taïwan) et l’atoll de Dong Sha (ou îles Pratas), petit anneau corallien perdu quelque part entre le Sud de Taïwan, la façade maritime chinoise (au large de Hong Kong), et le Nord des Philippines. Là, une petite partie des membres de l’expédition (dont je faisais partie) ont été débarqués et accueillis par les garde-côtes pour poursuivre leur travail dans le lagon de l’atoll avant de regagner Taïwan sur vol militaire. L’article d’aujourd’hui me permet donc d’apporter une petite touche des plus personnelles qui soit dans le tour d’horizon touristique que je vous propose de Taïwan en évoquant certains aspects de la vie à bord de la mission. Je n’ai en revanche pas trop pu inclure d’images de Dong Sha pour la simple et bonne raison que l’îlot principal est occupé par une base militaire taïwanaise et qu’il ne nous était pas autorisé de photographier les installations. Mais, il n’y a pas vraiment grand chose à regretter car ce qui se trouvait sous l’eau était de loin bien plus attrayant que ce qui se passait à terre.

La veille du départ. L’Ocean Research One est amarré dans son port d’attache à Kaoshiung (Photo Joris Bertrand)

La veille du départ. L’Ocean Research 1 est amarré dans son port d’attache à Kaoshiung (Photo Joris Bertrand).

Ma cabine est accolé à la salle des machines et les effluves de gazole couplé au tangage et au roulis on vite fait de me pousser à remonter sur le pont supérieur pour respirer l’air du large en buvant un coca. (Photo Joris Bertrand)

Ma cabine était accolée à la salle des machines et les effluves de gazole couplées au tangage et au roulis ont vite fait de me pousser à remonter sur le pont supérieur pour respirer l’air du large en buvant un coca (Photo Joris Bertrand).

Pour tuer les nombreux temps morts, les hommes d’équipage pêchent et remontent parfois de beau bestiaux. Ici, c’est la queue d’un thazard qui sèche au grand air (Photo Joris Bertrand)

Pour tuer les nombreux temps morts, les hommes d’équipage pêchent et remontent parfois de beau bestiaux. Ici, c’est la queue d’un thazard qui sèche au grand air (Photo Joris Bertrand).

A chaque fois que le petit chalut est hissé, les scientifiques, yeux écarquillés, se transforment en grands enfants, espérant voir remonter une perle rare du fond des océans (Photo Joris Bertrand).

A chaque fois que le petit chalut est hissé sur le pont, les scientifiques, yeux écarquillés, se transforment en grands enfants, espérant voir remonter une perle rare du fond des océans (Photo Joris Bertrand).

La nuit les pêcheurs remontent une quantités de calmars à lançant à l’arrière du bateau une ligne munie d’un leurs lumineux. Le lendemain, les calamars sont mis à sécher sur le pont supérieur (Photo Joris Bertrand).

La nuit, les marins remontent quantité de calmars en lançant à l’arrière du bateau une ligne munie d’un leurre lumineux. Le lendemain, les calamars sont mis à sécher sur le pont supérieur (Photo Joris Bertrand).

Pas mal de passagers clandestins viennent passer la nuit sur le pont. Ici une pie-grièche brune (Photo Joris Bertrand).

Pas mal de passagers clandestins viennent passer la nuit sur le pont. Ici une pie-grièche brune (Photo Joris Bertrand).

Arrivée à Dong Sha. Des ciels chargés et des plages de sables de blanc désertes (Photo Joris Bertrand).

Arrivée à Dong Sha. Des ciels chargés et des plages de sables de blanc désertes (Photo Joris Bertrand).

L’orage menace sur le lagon mais offre un paysage splendide (Photo Joris Bertrand).

L’orage menace sur le lagon mais offre un paysage splendide (Photo Joris Bertrand).

Lorsque les conditions le permettent, on se jette à l’eau et on peu enfin commencer à bosser… (Photo Joris Bertrand).

Lorsque les conditions le permettent, on se jette à l’eau et on peut enfin commencer à bosser… (Photo Joris Bertrand).

 

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “Hommage à Taïwan (Partie 2) – Prendre le large…

  1. Pingback: Hommage à Taïwan (Partie 3) – Éléments d’histoire… | La Nature Des Images

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s