Opinions

Le mode ISO auto, avec ou sans ?

Les automatismes?! C’est le mal!!! C’est bien connu… Voilà une idée que les photographes bien-pensants, quelque soit leur niveau d’expertise, essayent bien souvent de faire germer dans la tête de leurs congénères moins expérimentés. Cela part souvent d’un bon sentiment car effectivement, apprendre à se sortir du mode tout-automatique et dans une moindre mesure des modes semi-automatiques permet d’apprendre à gérer soi même les principaux paramètres de prise de vue que sont la vitesse d’obturation et l’ouverture. Cela permet donc de laisser libre cours à notre créativité. Là où le mode tout-automatique va amener à adapter le couple vitesse-diaphragme à la luminosité ambiante pour délivrer une photo bien exposée, un réglage manuel de ces paramètres va permettre de personnaliser davantage la prise de vue. Au photographe donc de décider de laisser ou non filer le temps de pose et de jouer avec la profondeur de champ. Mais ces évidences ayant été énoncées, est-il vraiment souhaitable de s’affranchir totalement des automatismes, juste pour la noblesse de la photographie?

Le mode priorité à l’ouverture, c’est la vie…

C’est à ce moment là qu’il convient de faire une distinction entre les puristes et des photographes, peut-être un petit peu plus pragmatiques auxquels j’appartiens. En ce qui me concerne, une écrasante majorité de mes images sont prises en mode priorité à l’ouverture (Av, chez Canon), un mode semi-automatique. Pour les lecteurs les moins expérimentés, rappelons simplement que c’est le mode qui permet de choisir la valeur d’ouverture du diaphragme compte-tenu de la luminosité ambiante et/ou, de la profondeur de champ recherchée. Ensuite, c’est l’électronique embarquée du boîtier qui se charge de déterminer la vitesse d’obturation permettant d’obtenir une photo bien exposée dans ces conditions. C’est un mode particulièrement bien adapté à la photo naturaliste où on cherche la plupart du temps à shooter avec une grande ouverture pour bénéficier d’un maximum de lumière et tenter de figer un sujet avec une profondeur de champ plutôt courte (pour le voir se détacher de l’arrière-plan). Mais ce mode semi-automatique est également adapté à bien d’autres situations et on peut dire sans trop se mouiller que c’est en fait le mode qui est plébiscité par la plupart des photographes confirmés et experts, quelque soient leurs habitudes photographiques. En fait, le mode priorité vitesse (Tv, chez Canon) ne me sert que dans des situations bien particulières dans lesquelles je veux forcer la vitesse d’obturation soit à être très rapide (par exemple 1/2000 s, pour figer le vol d’une hirondelle) soit à être relativement lente (par exemple 1/40 s, pour créer un effet de filé voulu). En fait, je n’utilise le mode manuel que dans des situations bien particulières qui nécessitent vraiment de débrayer totalement les automatismes telles que certaines prises de vue au flash. Ma conclusion à tout ça, c’est qu’il faut être en mesure de savoir suffisamment s’affranchir des automatismes pour que ceux-ci ne viennent pas à brider notre créativité sans pour autant être stupides et perdre en réactivité quand ces mêmes automatismes pourraient nous assister dans la prise de vue et nous permettre ainsi de mieux réussir nos photos.

Un temps de pose ultra-rapide de 1/8000 s (à F/2 et 320 ISO) pour figer le mouvement des pales (Photo Joris Bertrand)

Un temps de pose ultra-rapide de 1/8000 s (à F/2 et 320 ISO) pour figer le mouvement des pales (Photo Joris Bertrand)

Un temps de pose plus lent pour un effet de filé de 1/20 s (à F/22 et 100 ISO) (Photo Joris Bertrand)

Un temps de pose plus lent pour un effet de filé de 1/20 s (à F/22 et 100 ISO) (Photo Joris Bertrand)

Et le mode ISO automatique dans tout ça?

C’est un peu avec cette philosophie que j’aborde le mode ISO automatique. Tout d’abord, il faut préciser que je suis déjà un vieux de la vieille et que je ne possédais pas cette option sur mon ancien boîtier, le Canon EOS 400D. Contrairement aux autres paramètres de prise de vue qu’on peut faire varier dans tout les sens selon les résultats escomptés, il est une constante avec la sensibilité ISO: on cherche toujours à la maintenir aussi basse que possible. En effet, augmenter la sensibilité permettra d’amplifier le signal en boostant ainsi artificiellement la luminosité de nos photos, mais cela se fera toujours au détriment de la qualité d’image. Cela est de moins en moins un problème car les boîtiers actuels gèrent de mieux en mieux la montée en ISO mais l’EOS 400D commençait déjà à être mauvais dès 800 ISO. Il fallait donc trouver manuellement le compromis qui permettait de garder judicieusement une qualité d’image correcte tout en permettant d’avoir une sensibilité permettant d’obtenir des photos nettes compte-tenu de la luminosité ambiante. La fonction ISO automatique que j’ai découvert avec bonheur sur l’EOS 70D, permet de s’affranchir de faire soi même cette opération. Personnellement, je trouve que ça marche pas mal. En effet, l’appareil ne cherche pas à systématiquement faire péter les ISO lorsque ce n’est pas nécessaire. En revanche, il sait intelligemment adapter la sensibilité ISO à la focale employée pour faire en sorte que vos photos aient toutes les chances d’être nettes. Et c’est bien appréciable que dans le feu de l’action, le boîtier augmente la sensibilité sans que vous ailliez à vous en occuper. Pour éviter une qualité d’image trop dégradée, il m’arrive cependant couramment de borner la valeur maximale à ne pas dépasser à 6400 voire 3200 ISO. Lorsque j’ai le temps d’effectuer posément ma prise de vue, je n’hésite bien sûr pas non plus à débrayer cet automatisme pour ajuster à ma guise la sensibilité. Mais lorsque qu’on veut être à la fois spontané et réactif, je pense qu’il ne faut pas hésiter à utiliser cette fonction. Si je suis bien persuadé d’une chose, c’est que ce mode m’a permis de réussir bien plus de photos que ce qu’il m’en a fait jeter à la corbeille à cause d’une qualité d’image pas assez satisfaisante… Qu’en est-il pour vous? Est-ce un réglage que vous utilisez couramment?

Une photo prise à 6400 ISO et en mode iso auto… Typiquement le genre d’image prise en sous-bois que j’aurais pu rater sans cette fonction (Photo Joris Bertrand)

Une photo prise à 6400 ISO et en mode iso auto… Typiquement le genre d’image prise en sous-bois que j’aurais pu rater sans cette fonction (Photo Joris Bertrand)

Publicités
Par défaut

6 réflexions sur “Le mode ISO auto, avec ou sans ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s