Destinations Photo

Quelques jours à Melbourne…

La Nature des Images me permet de partager mes carnets (photographiques) de voyage mais parfois, l’enchaînement des évènements est tel que j’ai bien du mal à rendre compte de mes pérégrinations en respectant l’ordre chronologique. Début novembre 2015, nous avons passé quelques jours à Melbourne. Puis je suis rentré en France dans la foulée et j’étais si heureux de revoir la mère patrie après presque deux ans d’errance que les paysages des Grands Causses ont un peu volé la vedette à la métropole australienne (voir le post en question en cliquant ici)…

La skyline des buildings du CBD de Melbourne, depuis la plage de St-Kilda (Photo Joris Bertrand)

La skyline des buildings du CBD de Melbourne et son Eureka Tower, reflétant les rayons du soleil couchant, depuis la plage de St-Kilda (Photo Joris Bertrand)

Avant toute chose, je me dois de resituer rapidement les choses dans leur contexte. Je réside à Sydney, et il « fallait » que je vois Melbourne car les deux cités tentent mutuellement de se faire de l’ombre dans une bataille qui se résumerait à peu près à savoir quelle est la métropole la plus rayonnante d’Australie: Miroir, mon beau miroir… Ceux qui penchent pour Sydney vantent les mérites de sa baie tentaculaire bordée d’une nature préservée, son imposant Harbour Bridge et son iconique Opera House, là où ceux qui tiennent plutôt pour Melbourne revendiquent son style de vie se reposant avant tout sur un gout prononcé pour la Culture et le bien-être. Un natif de Melbourne rencontré dans le Queensland nous avait une fois lancé de façon laconique que « Melbourne avait été bâtie par des aventuriers et des chercheurs d’or alors que Sydney avait été édifiée par des bagnards ».

Melbourne et son Street Art… Tout y passe (Photo Joris Bertrand)

Melbourne et son Street Art… Tout y passe… (Photo Joris Bertrand)

Premier aperçu de Melbourne, la Culturelle…

Melbourne a une tendance quasi-obsessionnelle à étaler sa culture. Au premier abord, ça peut paraître un peu énervant car ça a quelque chose d’assez arrogant. Et puis pour les européens que nous sommes, ça pourrait même devenir risible de voir des gens si fiers d’édifices de style victorien dont beaucoup sont sorti de terre à une époque à laquelle mes arrières grand-mères, que j’ai eu la chance de connaître, étaient déjà nées. Et puis en atterrissant à Melbourne, on ferme le Lonely Planet et on se rend compte que ce qui passe pour une manie a somme toute quelque chose de sincère et de vrai. Melbourne est une ville qui se porte économiquement bien et qui continue à considérablement investir dans son identité culturelle. A l’heure où on parle de restriction budgétaire à tout va, je trouve ça relativement sain. De loin, on voit le City Business Centre et ses environs se hérisser de buildings, comme dans toutes les métropoles. Mais à Melbourne, l’architecture est à la fois audacieuse et innovante, et à titre personnel, je la trouve plutôt esthétique. Arrivé en ville, on se rend compte que dans le même temps, la ville entretien son folklore en mêlant l’utile à l’agréable. Melbourne cultive son style de vie dans son centre urbain historique d’une façon très européenne. Il y a là des cafés avec des terrasses, en roof top ou donnant directement sur la rue. A priori, ça n’a rien de vraiment exceptionnel pour des européens, mais je dois dire que j’avais un peu oublié à quel point ça me manquait là où j’ai posé mes bagages au cours de ces deux dernières années. L’ambiance à Sydney est globalement plus pub à l’anglaise, tournée vers l’intérieur et la culture du café en terrasse est par exemple encore quasi-inexistante à Taipei. Avec le recul, je me rends compte que Toulouse et ses petites places n’avait rien à envier à personne…

Le tramway de Melbourne, un peu “Old School” mais toujours en circulation et gratuit! (Photo Joris Bertrand)

Le tramway de Melbourne, un peu “Old School” mais toujours en circulation et gratuit! (Photo Joris Bertrand)

Melbourne au quotidien…

Arcades et terrasses, ingrédients de la réussite d’une ville où il fait bon-vivre.

Arcades et terrasses, ingrédients de la réussite d’une ville où il fait bon-vivre? (Photo Joris Bertrand)

C’est donc dans cette ambiance, très à l’européenne, que nous avons passé quatre jours bien sympathiques. Le centre ville est vraiment à taille humaine et tout peut se faire à pied de part et d’autre des rives de la Yarra river au son du tintement du tramway, omniprésent. Quand les distances parcourues auront fini par avoir raison de votre motivation, vous pourrez toujours sauter dans une rame et vous laisser aller (le Tramway est gratuit en centre ville). Se laisser aller est, je pense, la règle à adopter pour le touriste de passage. En fait, les seules choses qui ont rythmé nos pauses successives ont été l’appel du brunch et les averses… Melbourne est, à juste titre, réputée pour être la ville dans laquelle on peut passer par les quatre saisons en une seule journée. Il faut donc se laisser le temps de flâner dans les rues, d’observer le street art, sans nécessairement devoir l’admirer, de ne pas hésiter à se poser en terrasse, se faire un musée ou se caler en roof top pour la soirée. Et pour finir Melbourne respire. Si l’océan n’y est pas aussi présent qu’à Sydney, le Tramway vous propulsera jusqu’à la plage de St-Kilda. Là, nous n’avons pas nécessairement ressenti l’appel de la baignade. Peut-être est-ce à cause de la grisaille du jour et de la vue des manchots pygmées, se tenant là, dans les anfractuosités de la jetée…

St-Kilda, pas franchement engageant pour la baignade mais pas désagréable pour autant… (Photo Joris Bertrand)

St-Kilda, pas franchement engageant pour la baignade mais pas désagréable pour autant… (Photo Joris Bertrand)

Alors, Sydney ou Melbourne?

Quatre saisons dans une seule et même journée, on a testé… (Photo Joris Bertrand)

Quatre saisons dans une seule et même journée, on a testé… (Photo Joris Bertrand)

Je vais répondre de manière assez politicienne et pourtant sincèrement honnête: les deux. Je suis un amoureux de la nature et ce que j’aime à Sydney, c’est avant tout sa baie et ses parcs nationaux qui arrivent à se faire une place, presque jusqu’au cœur même de la ville. Mais je n’ai pas vraiment eu le temps de voir ce qu’il en était réellement à Melbourne sur ce point. Pour le reste, j’ai été très séduit par cette ville qui va bien et qui le fait savoir en investissant une part considérable de son dynamisme en continuant au jour le jour à se forger une identité ayant pour pierre angulaire le bien-être et la culture. D’ailleurs Melbourne est chaque année classée parmi les villes où il ferait le plus bon-vivre. Bien sûr, le fait que la métropole connaisse une situation économique prospère n’y est pas étranger. Mais j’ai envie de saluer l’initiative car beaucoup de villes qui se portent (économiquement) bien n’en font pas autant. En fait, une société qui a de l’énergie « à revendre » en misant à ce point sur l’art, la culture ou toutes les choses, a priori non commerciales est sans doute à la fois une société qui va bien mais aussi, une société qui préfère voir ses acteurs heureux plutôt que de tenter de niveler par le bas pour croître encore plus vite et plus loin. Bien sûr, derrière ce cadre idyllique se cache un développement à plusieurs vitesses. Il y a autant de SDF dans la rue que dans les autres grandes villes et la défense d’un folklore passe aussi par la persistance de traditions débiles. Notre séjour à Melbourne coïncidait par exemple avec leur fameuse Carnival Cup, sorte de réminiscence aristocratique devenue people et impliquant des courses de chevaux, des tenues farfelues et beaucoup d’alcool… Mais s’il est bien un domaine dans lequel on ne peut se permettre de donner de leçon au reste du monde en tant que français, c’est justement celui des traditions à la con…

Les rives de la Yarra River à la nuit tombée (Photo Joris Bertrand)

Les rives de la Yarra River à la nuit tombée (Photo Joris Bertrand)

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s