Des images racontées...

« Chacun derrière sa vitre »

Chacun au travers de sa vitre (Photo Joris Bertrand)

Chacun au travers de sa vitre (Photo Joris Bertrand)

Le Taronga Zoo a quelque chose d’atypique, et peut-être même d’unique. Bien qu’il soit australien, il n’est pas tout jeune pour autant puisqu’il devient centenaire cette année (1916-2016). On peut déceler le fait que ce parc zoologique a pu se développer sans trop de contraintes en matière d’urbanisme. Les enclos sont vastes et l’ensemble s’étend dans un écrin de nature, à quelques encablures du centre-ville de Sydney. On peut y contempler un paysage de carte postale à la fois original et drôle en arrivant par exemple devant l’enclos des girafes qui mastiquent nonchalamment leur foin alors qu’en toile de fond l’Opera House et le City Business Centre en imposent. Je reviendrai probablement sur notre visite au cours d’un article plus long. En attendant, je voulais partager avec vous cette scène un brin cocasse. Il y a là trois otaries, captives, accomplissant inlassablement leurs joutes amicales et répétitives sans vraiment prêter attention à ces humains qui les observent au travers de la vitre. Parmi eux, beaucoup semblent fascinés et s’assoient quelques minutes pour admirer la scène avec des yeux d’enfants. Certains, placent par intermittence leur appareil photo entre leurs yeux et les animaux pour tenter de retranscrire au mieux ce que cette situation avait de manifestement très d’esthétique. D’autres, vivent le moment au travers de leur Smartphone ou de leur tablette, peut-être pour immortaliser l’instant, peut-être pour s’empresser de le partager sur les réseaux sociaux dans le but de grappiller quelques like. Certains enfin arpentent les allées dans l’espoir de capturer quelques Pokémons sans vraiment s’intéresser aux vraies bestioles qu’ils ont autour d’eux… A chacun sa façon d’effectuer la visite ou de vivre son quotidien, au final tous plus ou moins prisonniers derrière sa vitre… Aurais-je davantage apprécié l’expérience sans mon matériel photo? C’est souvent une question que je me pose. En général je n’ai pas la réponse et me contente de me dire que l’expérience aurait simplement été différente…

Pour cette photo, j’ai utilisé la position grand angle de l’EF-S 15-85 mm F/3.5-5.6 IS STM (à 26 mm), à F/4, au 1/50 s et à 400 ISO. J’ai du effectuer quelques essais car l’écart de luminosité entre la pénombre de la salle et la clarté du bassin était très importante, en tout cas trop pour l’EOS 70D. Ici, l’important était d’avoir le bassin correctement exposé car il ne m’importait guère d’avoir du détail sur le public de dos. Au contraire, je trouvais plus intéressant de voir la scène en exploitant les ombres chinoises.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s