Voie lactée sur le Larzac

Pendant des mois, l’envie d’essayer de faire des photos de la voie lactée sur le Larzac à l’ultra-grand angle m’aura démangée… Peut-être qu’à l’origine, c’était même ce qui m’avait secrètement motivé à investir dans une focale si courte (11-16 mm) qui soit en mesure d’ouvrir à F/2.8. C’est désormais chose faite et je trouve le résultat prometteur. Pour faire une photo de ce type, il faut donc un boîtier réflex, ou en tout cas, un appareil qui a un capteur qui gère relativement bien la montée en ISO en sachant qu’un plein format voire plus reste un must que je n’ai pas pu employer ici. J’avais vissé sur mon Canon EOS 70D, le Tokina 11-16 mm F/2.8 que je ne sais jamais comment appeler précisément. Le but était de capter un maximum de la lumière céleste sans devoir exposer trop longtemps pour ne pas voir le mouvement de la Terre imprimer sa marque en faisant baver les étoiles… A ces focales là, il n’est pas recommandé de dépasser les 30 s d’exposition. J’ai donc ouvert à fond (F/2.8) et monté les ISO assez haut mais pas trop pour que le rendu ne soit pas trop dégueulasse (3200 ISO). Il faut aussi faire la mise au point à l’infini et poser l’ensemble sur un trépied tout en mettant le retardateur pour éviter tout flou de bougé. Pour finir, une petite lampe frontale avec un mode nuit (rouge) et éventuellement une voire deux opératrices permettront de donner la dernière touche colorée en peignant les herbes et les buis à l’aide du faisceau (c’est du light painting). Les lueurs orangées proviennent de l’agglomération montpelliéraine et toute la plaine héraultaise situées en contrebas. Pour finir, quelques bières, un peu de vin rouge, le son d’une guitare, mais, une fois n’est pas coutume, pas de feu, peuvent finir d’apporter l’inspiration… Il me tarde de retourner sur le plateau pour varier les angles et mieux mettre à profit les contours des chaos rocheux et les constructions de pierres sèches dans mes compositions. Bien sûr, je vous tiendrai au courant de l’avancée de mes travaux!

En post production, j’ai bien sûr passé un peu de temps sur Lightroom en jouant sur deux filtres dégradés pour travailler indépendamment le haut et le bas de l’image. La pollution lumineuse a été atténuée, la balance des blancs ajustée de même que l’exposition et les contrastes, la clarté et la saturation ont été renforcées de même que la netteté… Je n’ai pas trop essayé de corriger le bruit électronique… On verra plus tard si je me décidais à tirer cette photo en grand format…

Publicités
Des images racontées...

« Voie lactée sur le Larzac »

Image

5 réflexions sur “« Voie lactée sur le Larzac »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s