Ambiance dramatique au lac des Plagnes (Photo Joris BERTRAND).

« Parlez-moi de la pluie, et non pas du beau temps…« , temps maussade dimanche dernier en vallée d’Abondance (Haute-Savoie). C’est tant pis pour le pique-nique et la balade en forêt mais entre deux averses, on a parfois tout à gagner à sortir l’appareil photo pour immortaliser le paysage, ici, le lac des Plagnes et ses eaux cristallines. Ce n’est pas que le « bel azur me met en rage » mais il est est vrai qu’un ciel chargé de nuages sombres donne davantage de modelé qu’un bleu uniforme, qu’il soit d’azur, ou pire, laiteux.

Habituellement, je ne suis pas trop dans ce type de photo de paysage un peu sombre, façon « pub de Whisky » comme me le faisait remarquer un de nos lecteurs. Nul doute qu’ici, les produits de la Terre et les Hommes qui les confectionne sont aussi typés que le terroir qui les a façonné… Pourtant j’apprécie ces ciels chaotiques, surtout en peinture. Je me suis donc essayé à l’exercice.

Cette photo a été prise avec mon fidèle EOS 70D et le Tokina 11-16 mm F/2.8 à 11 mm, une ouverture de F/11 et un temps de pose d’1/40 s à 100 ISO. Pour accentuer l’effet dramatique de la scène, j’avais dès la prise de vue appliqué une sous-exposition (-0.67 IL). J’ai ensuite travaillé cette image dans Adobe Lightroom en suivant mon flux de travail habituel pour adapter l’exposition, le contraste et les différents paramètres de l’image. Une fois n’est pas coutume, j’ai aussi utilisé la brosse pour magnifier le contraste au niveau des nuages, mais sans en abuser, enfin j’espère…

Publicités
Des images racontées...

« Ciel chaotique et ambiance dramatique »

Image

Dernière offensive de l’hiver, quelque part dans le massif des Bauges (Photo Joris Bertrand).

Dernière offensive de l’hiver dans le massif des Bauges? Rien n’est moins sûr car nous ne sommes encore qu’à la mi-mars. Mais en ce qui me concerne, je n’aurais probablement que peu l’occasion de chausser à nouveau les raquettes en cette saison hivernale 2016-2017 au cours de laquelle mon retour en Europe m’aura permis de refouler avec bonheur la poudreuse des Alpes. Ici, la chute de neige de la nuit passée aura saupoudré les hauteurs du massif des Bauges alors que les vallées recommencent déjà à tirer vers le vert Les conifères contribuent à donner cette ambiance tout en pointillisme naturel alors que l’écharpe de nuage sur les sommets et la rafale de vent qui vient de faire s’envoler un peu de neige donnent à l’ensemble un rendu original. Cette photo a été prise avec l’EOS 70D et le « sauvé des eaux« , EF-S 15-85 mm F/3.5-5.6 IS USM à fond de focale, F/11 pour un temps de pose d’1/160 s à 250 ISO.

 

Des images racontées...

Pointillisme naturel…

Image
L’automne se termine et l’hiver commence dans la campagne vaudoise (Photo Joris Bertrand)

L’automne se termine et l’hiver commence dans la campagne vaudoise (Photo Joris Bertrand)

Le vignoble du Lavaux avait revêtu sa parure d’automne depuis un bon moment déjà mais la neige qui avait d’abord timidement poudré les plus hauts sommets n’en avait que depuis plus récemment remis une couche en venant plâtrer plus franchement les alpes valaisannes. Le lac Léman était à sa place et les différentes formes géométriques: alignement des vignes, courbes de la route et maisons à la vue imprenable étaient là pour rappeler que l’homme, à l’instar de ces deux cyclistes, faisait ici ce qu’il pouvait pour s’accommoder de la pente. Cette photo a été prise au Canon EOS 70D grâce à l’indéfectible polyvalence de l’EF-S 15-85 mm F/3.5-5.6 IS USM, qui pour le coup était à fond de focale (85 mm). Pour le reste, j’avais mon diaphragme assez fermé (F/8) pour avoir une zone de netteté des plus étendues qui soit et un bon piqué. Le mode Av (priorité ouverture) de l’appareil a jugé bon de shooter au 1/160 s mais notons que le mode ISO auto a fait en sorte que la sensibilité ait été légèrement augmentée (250 ISO). C’est compréhensible car si l’appareil était resté à la sensibilité minimale du capteur (100 ISO), j’aurais alors déclenché avec un temps d’obturation de l’ordre de 1/80 s, un peu limite pour être sûr d’avoir une photo nette d’après la façon dont le mode a été programmé. Avec le très bon système de stabilisation de cet objectif, on avait encore de la marge et j’aurais pu faire le choix de demeurer à 100 ISO, mais il n’y a rien de significativement gênant ici au niveau du bruit.

Pour finir, je me suis un peu lâché dans Lightroom. En plus des optimisations « classiques », j’ai pris un peu le temps de jouer sur les curseurs de luminance et de saturation des différentes couleurs pour accentuer (mais pas trop j’espère) la beauté des couleurs de l’automne sur cette « carte postale » vaudoise.

Des images racontées...

« (Une) Carte postale suisse »

Image